lundi 7 août 2017

« Macronisme » puéril et enjeux fondamentaux



La France s’est dotée d’un Président jeune et porteur des espoirs de renouveau pour un peuple douché par les deux précédents quinquennats. Le candidat a surfé longtemps sur cette image qu’aucun programme clair ne venait soutenir. La communication parfaitement réglée et financée avec l’appui quasi-unanime des principaux médias mainstream avait porté le candidat face à un Front National porteur du ras-le-bol. Il a fallu attendre les derniers moments pour que le candidat lève un peu le voile sur une austérité molle et un dynamisme économique qui promettait des jours heureux. Après des élections dont on ressort avec l’impression de trucage en particulier au premier tour pour placer Macron en tête, le quinquennat a débuté en fanfare internationale avec l’invitation des grands de ce monde et le déploiement des ors de la République, Versailles et Tour Eiffel compris. La tape dans le dos de Trump lors du G20, le chef de guerre au Mali, la co-présidence de l’UE réaffirmée auprès de Merkel suffisaient pour masquer les dérapages verbaux, les démissions ministérielles pour amoralité et les mesures d’austérité concoctées à Bercy.

Tout-à-coup ce que l’opinion publique avait pardonné pour cause d’apprentissage du pouvoir, mais n’avait pas oublié, vient se fracasser sur les premières mesures d’austérité annoncées. Le réveil de l’opinion est brutal et il sanctionne durement avec une baisse spectaculaire des opinions favorables, baisse d’une ampleur encore jamais vue en début de quinquennat. La puérilité, le narcissisme, les valses hésitation, et le suivisme de ses commanditaires de l’élite et de Bruxelles, apparaissent au grand jour. Les jeux de tête et de ballon au pied devant les télés ne font plus recette. Les français apprennent petit à petit, à quelle sauce ils vont être mangés, que les feux de forêt mettent à rude épreuve nos pompiers, et que les migrants ne cessent d’affluer et de tenter le passage à Vintimille et à Calais vers le Royaume-Uni. 

Macron a montré les dents vers la Syrie en mettant son feu rouge sur l’utilisation des gaz mais il ne dit rien quand la coalition, dont nous faisons partie, bombarde au phosphore un hôpital à Raqqa et fait des dizaines de morts. Il ne se vante pas d’être tenu à l’écart des accords tripartites entre la Russie, la Syrie et les Etats-Unis pour en finir avec Raqqa et la restituer au gouvernement légal syrien, ni sur le fait que nous avalons notre chapeau avec la perspective d’un règlement diplomatique sur la base du maintien provisoire de Bachar el-Assad dont Laurent Fabius voulait la mort. Chacun sait que le maintien provisoire peut durer longtemps. Nous avions un rôle à jouer en Syrie auprès du dirigeant syrien pour coopérer vers une solution diplomatique qui nous aurait aussi permis de bénéficier des services secrets syriens pour lutter contre les attentats sur notre sol. Nous l’avons gâché, Bachar el-Assad a beaucoup moins besoin de nous désormais et Macron ne fait rien pour essayer de nous positionner autrement qu’en vassal des États-Unis. 

Toutes ses rodomontades diplomatiques n’ont rien changé à la décision de Trump de sortir de l’accord de la COP21 et les États-Unis se feront tirer l’oreille pour payer leur contribution, qui est la plus importante. Macron ne voit pas que la principale bénéficiaire de cet accord est la Chine qui ira à son rythme et bénéficiera de l’aide financière apportée à l’Afrique pour développer son industrie des énergies renouvelables tout en projetant un nouveau plan de construction de 20 centrales nucléaires. La France qui est l’un des pays où le taux de CO2 est le plus bas continue cocue, mais contente, avec un Hulot qui a déjà mangé son chapeau en ratifiant les propositions de Bruxelles sur les perturbateurs endocriniens. Il s’est contenté de publier deux listes de « produits pesticides contenant une substance identifiée comme perturbateur endocrinien ». Ces longs tableaux ont été mis en ligne discrètement le 13 juillet, « afin que les citoyens, agriculteurs et professionnels puissent, en l’attente de l’entrée en vigueur concrète de l’exclusion européenne, orienter leurs choix d’achats ». Avec près de 600 insecticides, herbicides et fongicides à usage agricole et d’environ 1 000 biocides (pesticides à usage domestique – de la poudre anti-fourmis au produit de protection du bois contre la moisissure), on voit mal le choix qui reste aux agriculteurs. 

Je reviens encore sur l’incohérence du plan de transition énergétique pour mettre en garde le lecteur sur le mélange des puissances installées et la production d’électricité. J’en veux pour preuve un article des Echos du 21/02/17 qui dit ceci : « Lorsque les 45,5 GW d'éoliennes allemandes (l'équivalent de 32 réacteurs nucléaires de 1400 MW) produisent, il arrive que la puissance apportée sur le réseau excède largement la demande allemande. » En réalité les 32 réacteurs produiraient plus de 3 fois plus d’électricité que les éoliennes à la production intermittente et aléatoire. Il est intéressant de regarder où en est l’Allemagne avec les énergies renouvelables intermittentes aléatoires, les EnRi. Selon les premières estimations, la production brute d'électricité s'est élevée en 2016 à 648,4 TWh, les centrales thermiques en produisant plus de la moitié : 53,7 % (lignite : 23,1 % ; charbon : 17,2 % ; gaz naturel : 12,4 % ; pétrole : 0,9 %), les centrales nucléaires 13,1 %, les énergies renouvelables 29,0 %, hydraulique et biomasse 4,3%. Le ministre de l’Energie allemand parlait l’an dernier d’un investissement de 500 milliards d’euros. Nous en sommes à 5,2% d’EnRi en 2016. C’est donc une somme de cet ordre qu’il faudra dépenser et non les 50 milliards que la Cour des Comptes a jugé sous-estimés. Les gigantesques investissements allemands réalisés auraient dû conduire à une baisse de ses émissions globales de gaz à effet de serre (c’était l’objectif recherché et affiché). Or, celles relevant de l’énergie (pas seulement de l’électricité) ont au contraire augmenté de 0,7% de 2014 à 2015, et de 0,9% de 2015 à 2016 ! De plus l’Allemagne a remis en exploitation des mines de lignite, charbon de mauvaise qualité et 3 fois plus polluant que le charbon. Arrêter les réacteurs nucléaires alors que ceux-ci sont non polluants en CO2 pour les remplacer par des EnRi qui demandent l’apport d’énergie thermique polluante est une aberration en soi mais pire, un gouffre financier. 

Macron nous promet la croissance grâce à notre effort d’austérité et aux cadeaux aux entreprises mais ce ne sont que des promesses de gascon ou de picard dans son cas. On peut espérer par l’action sur la baisse des charges des entreprises gagner quelques pour cent au plus de compétitivité, mais entre le 20 décembre 2016 et le 3 août 2018 c’est 4% qui handicapent l’euro par rapport au dollar et donc notre compétitivité. L’euro s’échangeait contre 1,04 dollar, aujourd’hui c’est contre 1,18 dollar. Si cela reste ainsi nous n’aurons aucun gain de productivité mais nous aurons augmenté notre dette publique et baissé globalement notre pouvoir d’achat. Notre dépendance à une monnaie unique nous prive d’une variable d’ajustement. L’euro à 1,05 $ avait profité à Hollande et participé à une petite relance de la croissance, c’est l’inverse actuellement. 

Mais parlons de la croissance que Macron appelle en proclamant qu’il faut libérer le travail en demandant de ramener la loi travail à ce que Bruxelles avait demandé et a réitéré en mai. Cette loi va essentiellement favoriser les entreprises du Medef, donc les grandes entreprises à vocation internationale, qui ont tous les moyens pour faire de « l’optimisation fiscale » comme Airbnb qui n’a payé que 92.944 euros avec un chiffre d’affaires de 130 millions d’euros. Le « choc de simplification » annoncé par Hollande a accouché d’une souris et on ne perçoit aucun effort significatif pour alléger la multitude de codes et de normes entraînant paperasserie et perte de temps qui paralysent nos petites et moyennes entreprises. Dans un contexte de reprise européenne molle, et un euro qui monte on a peu de chances de voir nos entreprises participer à la croissance. 

Mais l’aveuglement de la France est pire encore sur son appréhension géopolitique de transformation du monde et nous en parlerons dans le prochain article.

Rien ne permet à notre pays de croire en des jours meilleurs. 

L’illusionniste en chef n’a que l’art du discours vide, 

Des recettes éculées et de la pantomime 

Pour singer l’Allemagne et exécuter 

Les ordres de l’élite mondiale.

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon