lundi 5 juin 2017

La machine infernale du mondialisme.



« Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, Time Magazine et autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque quarante ans. Il aurait été impossible pour nous de développer notre plan pour le monde si nous avions été soumis à la lumière de la publicité durant ces années. Mais, le monde est maintenant plus sophistiqué et préparé à marcher vers un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers du monde est sûrement préférable à la pratique nationale d’auto-détermination pratiquée dans les siècles passés. » David Rockefeller

Il n’est pas inutile de revenir aux sources de l’implacable mécanisme mis en place par cette élite mondialiste qui détient la puissance de l’argent. Les propos de David Rockefeller sont d’une limpidité telle qu’ils ne laissent aucun doute quand nous constatons ce vers quoi notre pays est conduit… de son plein gré. Mais je ne sais pas si l’on peut dire démocratiquement, car notre démocratie se dissout dans une propagande de marketing et de communication qui permet d’éblouir les foules et si besoin de ne pas tenir compte du vote des peuples. A l’origine de tout cela, il y a une volonté manifeste des élites à vocation internationaliste de concasser les États-nations tenus soi-disant pour responsables des guerres mondiales du 20ème siècle et de mettre ceux-ci sous tutelle supra nationale avant de les remplacer par un gouvernement authentiquement mondial et à vocation totalitaire… C’est bien ainsi que l’on nous a vendu l’Union Européenne sous les ailes de la Colombe de la Paix. 

La souveraineté supranationale n’a évidemment pas de limite dans l’espace terrestre, la marche vers le fédéralisme européen n’est bien qu’une étape. La mainmise sur le Moyen-Orient et l’Afrique est en cours, alors que celle sur l’Amérique centrale et du Sud est commencée depuis longtemps même si certaines résistances existent encore de plus en plus sporadiquement, comme au Venezuela et au rattachement du Brésil au BRICS. Dans cette politique de suppression des États-nations, celle des pouvoirs régaliens est une condition nécessaire mais insuffisante, en effet elle n’engage pas vraiment les peuples qui sont suffisamment désinformés pour laisser les politiques troquer leurs habits nationaux pour un devenir fédéraliste qui les accueillera tous finalement.

Il faut y ajouter l’apport du multiculturalisme qui doit détruire l’identité des peuples en agitant l’opprobre du sentiment guerrier qui est dit générateur de guerres. Ce multiculturalisme ne peut se satisfaire d’une immigration normale correspondant aux besoins réels des différentes économies. L’apport est trop lent et permet de gérer une assimilation qui enrichit la culture d’accueil sans la dénaturer. Il faut donc accélérer cette immigration, en particulier par non plus seulement des immigrés de culture très proche mais de culture totalement différente. Si le flot migratoire est d’une grande ampleur, les nations sont sommées d’accueillir sous peine d’être mises au banc du racisme, du non-respect des Droits de l’Homme et du droit d’asile. Il faut donc que ce flot soit d’une ampleur telle qu’il ne permette plus aux économies des différents pays de leur fournir du travail. La ghettoïsation et le manque de travail créent les conditions nécessaires à la montée de l’insécurité et surtout rend impossible l’assimilation, et même la simple intégration. On crée une juxtaposition d’ethnies, de races, de cultures et de cultes comme aux Etats-Unis, mais cette fois, et dans un premier temps, sans l’unité de la langue et du drapeau national. 

L’élection d’un mondialiste comme chef de l’Etat français, doté en plus d’une majorité absolue à l’Assemblée Nationale, ne laisse aucun doute sur l’accélération de ce processus où l’élite mondiale et bancaire est à la manœuvre. L’utilisation d’Al-Qaïda, de Daesh, et des groupes de l’armée de libération de la Syrie, est nécessaire pour maintenir une guerre au Moyen-Orient génératrice d’immigration massive et d’alimentation d’un terrorisme au sein même des États à partir de leurs ressortissants radicalisés et dont certains passent par des camps de formation en Jordanie, en Irak ou en Syrie. Le relais se fait soit par l’Arabie Saoudite, soit par le Qatar, que nous alimentons en armes de guerre et qui financent en sous-main le djihad. Cette mobilisation de l’oumma est d’autant plus facile qu’elle correspond aux objectifs de la conquête musulmane conduite par l’élite confessionnelle dont les plus structurés sont les Frères musulmans soutenus par la Qatar. L’élimination des chrétiens d’Orient est déjà largement en cours et l’objectif est désormais l’Europe.

La collusion actuelle entre les objectifs d’une religion conquérante et ceux du Nouvel Ordre Mondial est à l’œuvre au Moyen-Orient et en Afrique. Les médias britanniques nous révèlent que la nature des financements étrangers n’est pas prête d’être publiée : « Une enquête sur le financement étranger des groupes islamistes extrémistes ne pourra jamais être publiée, le Home Office l’a admis. L’enquête commandée par David Cameron, a été lancée dans le cadre d’un accord avec les libéraux-démocrates en décembre 2015, en échange de la partie fournit l’extension des frappes britanniques contre Isis en Syrie. Mais même si elle devait être publiée au printemps 2016, il n’est pas terminé et ne peut-être jamais être rendu public en raison de son contenu « sensible ». On pense à mettre l’accent sur l’Arabie saoudite, dont le Royaume-Uni a récemment approuvé des contrats d’exportation d’une valeur de 5,3 Md£. » 

En Europe le terrorisme est le fruit à la fois d’un laisser faire et  d’un laisser passer à une religion qui porte en elle les germes d’une volonté de puissance, totalitaire par son essence… Contrôlable quand elle est minoritaire, et qui devient incontrôlable par le nombre et la submersion…Ajouter à cela une bonne dose d’ingérence européenne « droit de l’hommiste » en matière de politique étrangère et de diplomatie onusienne et vous avez là les germes d’une crise migratoire assurée en externe, d’une désorganisation interne et d’un terrorisme propice à tous les vices et velléités de volonté dominatrice face à des populations déjà fragilisées et culpabilisées jusqu’à la repentance pour ce dont elles ont à rougir dans leur passé historique désormais livré dans ce sens unique.


C’est cela le « printemps » promis par Macron, celui qui sourit au Medef et aux élites mondiales et bancaires. C’est leur printemps qui nous laisse dans l’hiver de notre devenir, gelés dans une rêverie mortelle, au moyen d’une hibernation de nos esprits critiques réussie par le Prince au bois dormant. Nous le plaçons sur un trône tout puissant garni de courtisans, disposant d’un nouveau Versailles où il invite même son ennemi russe à venir le contempler. Nous voilà devenus gallo-américains et fan de mondialisme, la religion du Nouvel Ordre Mondial auquel déjà Hollande et Sarkozy nous avait prédit que nous ne pouvions pas échapper. Nous avons notre nouveau pharaon, sa religion et ses adorateurs. La pyramide du Louvre du mondialisme veut dépasser celle de Khéops.

L’homme sans cerveau, sans identité, sans sexe, 

Mais consommateur invétéré et captif,

Est désormais le mouton-pigeon 

Qui est prêt à vendre son âme

Au diable de la Finance !

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon